À Saint-Etienne, chantage à la «sextape» dans l’entourage du maire LR

Posted on

Par Le Figaro

Publié le 27/08/2022 à 16:57, Mis à jour le 27/08/2022 à 17:23

Gaël Perdriau est maire de Saint-Étienne et président de Saint-Étienne Métropole depuis son élection en 2014. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Filmé à son insu en compagnie d’un escort gay, l’élu aux valeurs conservatrices Gilles Artigues aurait fait l’objet d’un coup monté par l’entourage de l’actuel maire Gaël Perdriau, selon Mediapart.

Piégé par ses propres collègues. Depuis 2014, le centriste Gilles Artigues, premier adjoint de la ville de Saint-Etienne, vivait dans la crainte de la révélation d’une «sextape» compromettante. Jusqu’à ce vendredi 26 août 2022, date à laquelle Mediapart a révélé l’existence de ces images. Celles-ci montrent l’élu dans une chambre d’hôtel à Paris, en compagnie d’un escort gay occupé à lui faire un massage érotique.

La rencontre, tenue secrète car mettant dans l’embarras cet élu aux valeurs conservatrices, aurait été en réalité une machination orchestrée par l’entourage du maire. L’objectif, selon les informations de Mediapart, étant de «contenir (l’)influence politique» de Gilles Artigues à Saint-Etienne.

Coup monté

L’affaire remonte à l’hiver 2014. Gilles Artigues, élu centriste depuis 1995, est en déplacement à Paris en compagnie de Samy Kéfi-Jérôme, adjoint au maire de Saint-Etienne en charge de l’éducation. L’escort-boy, retrouvé et interrogé par Mediapart, rapporte avoir été préalablement contacté par Samy Kéfi-Jérôme, également conseiller à la Région Auvergne-Rhône-Alpes et soutien de Laurent Wauquiez. Dans les captures d’écran de la vidéo effectuées par Médiapart, l’élu présente les deux hommes, puis quitte la chambre, laissant l’escort procéder à un massage érotique. Aucune relation sexuelle n’a lieu toutefois, précise le site d’information.

Quelques mois plus tard, l’existence des images aurait été révélée à l’intéressé. De quoi mettre dans l’embarras cet élu nommé en juin dernier directeur diocésain de l’enseignement catholique à Albi. Comment Médiapart a-t-il eu vent de l’affaire ? Par Gilles Rossary-Lenglet, l’ex-compagnon de Samy Kéfi-Jérôme, qui a confessé avoir touché pas moins de «50.000 euros» pour l’exécution du plan avec son ancien conjoint. L’argent aurait transité par le biais de subventions municipales, supposément destinées à deux associations stéphanoises.

Le maire conteste «toute notion de chantage»

Accusé par le journal d’avoir couvert l’affaire, le maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau, a exprimé sa «stupéfaction». «Je ne suis pas au courant d’un tel projet», a-t-il démenti, refusant tout autre commentaire avant de «comprendre tous les tenants et aboutissants de cette affaire». Il conteste par ailleurs «fermement toute notion de chantage, qui serait liée aux décisions que (Gilles Artigues) a prises récemment». En mai dernier, le premier adjoint avait démissionné de cette fonction qu’il tenait depuis 2014, avançant des «raisons personnelles».

Gilles Rossary-Lenglet, qui a révélé l’affaire à Médiapart, assure de son côté qu’une fois la vidéo tournée, le maire de Saint-Étienne et son directeur de cabinet, Pierre Gauttieri, ont «mandaté Samy pour montrer la courte vidéo. Le message était clair : il ne fallait pas que Gilles Artigues fasse d’écart s’il ne voulait pas que la vidéo sorte», explique-t-il. De son côté, Samy Kéfi-Jérôme n’a pas répondu aux sollicitations de Mediapart.

À lire aussiMathieu Valbuena, le grand «perdant» de l’affaire du chantage à la sextape

Samedi, le cabinet de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, sans commenter l’affaire, a simplement annoncé dans un communiqué la suspension de Samy Kéfi-Jérôme en tant que conseiller délégué à la stratégie digitale. «Dans l’attente de plus amples éléments, cette mise en retrait lui permettra de pleinement assurer sa défense», explique la Région. Vendredi après-midi, le cabinet de Laurent Wauquiez n’avait pas souhaité commenter, jugeant toutefois, selon le journal local Le Progrès , que «ce qui est révélé est d’une incroyable violence».

L’avocat de Gilles Artigues a annoncé sa volonté de porter plainte pour «chantage aggravé». Son client aurait «fait l’objet à de nombreuses reprises, de chantage, en lien avec la menace de diffusion de la vidéo», a déclaré Me Buffard. Selon le parquet de Saint-Étienne, la plainte n’a pas encore été déposée.

À VOIR AUSSI – Affaire de la «sextape»: Karim Benzema renonce à son appel

Jasaseosmm.com Smm Panel is the best and cheapest smm reseller panel Buy Facebook Verified Badge for instant Instagram likes and followers, Buy Verification Badge, Youtube views and subscribers, TikTok followers, telegram services, and many other smm services. telegram, and many other smm services